Rosières-aux-Salines, château de la Motte (Meurthe-et-Moselle)

Créateur

Histoire et Cultures de l'Antiquité et du Moyen Âge (EA1132 / HISCANT-MA) - Université de Lorraine

Date

2018

Droits

Copyright 2020

Presentation du Site

Rosières se situe dans la vallée inondable de la Meurthe. La rivière a été repoussée au nord de la ville au XIXe siècle, alors qu'auparavant elle s'associait étroitement à celle-ci. Les vestiges du château se trouvent à 550 m au nord-est de l'église, à proximité de l'ancienne saline devenue haras national. Les mentions de réparations se trouvent dispersées dans près de 128 registres et sont insuffisamment explicites pour permettre de situer, même avec approximation, les différents bâtiments les uns par rapport aux autres. Ils permettent néanmoins de connaître l'existence des différentes parties du château: entrée(s), dépendances et logis seigneuriaux.
Entre 1130 et 1150, le chevalier Gauthier de Bliesbrück entra en possession de la terre de Rosières et s'agrégea à la noblesse locale en épousant une des filles de Gauthier de Gerbéviller.
Une saline comprenant un puits et plusieurs poêles apparut à cette époque en même temps qu'un château à motte sur cette terre allodiale, suscitant rapidement les convoitises du duc de Lorraine privé de cette importance source de revenus. Brunon Ier de Bliesbrück et de Rosières et son frère Frédéric cherchèrent à se protéger du duc en donnant leur part du château et de la saline à l'empereur Henri VI et en le reprenant en fief de lui seul. Aubry de Rosières parvient à contenir la poussée ducale dirigée vers le bourg devant le château, puisqu'en 1232 le duc reconnut ne tenir "entre Grand Pont et le chastel fors que trois maisnies domes". Aubry fut néanmoins contraint de reprendre ses autres biens, dont la saline, en fief du duc. La politique ducale consista alors à acquérir par achat ou par échange les droits des nombreux héritiers d'Aubry sur le château et la saline. Au début du XIVe siècle, le duc était le seul maître de Rosières. La gestion de la saline fut confiée à des officiers membres de la famille bourgeoise La Tartre de Nancy. L'un d'entre eux, Jacques, reçut le 7 aout 1318, en fief le château de Rosières, qui se composait alors d'une motte couronnée d'une tour et une basse-cour abritant des maisons protégées par une enceinte et des fossés. Il fut chargé d'adapter cet édifice aux nouveaux impératifs de l'art militaire en renforçant la tour existante, et surtout en construisant un château quadrangulaire flanqué de quatre tours et précédé de fossés larges et profonds. L'importance de Rosières déclina avec l'abandon de la saline entre 1484 et 1563. La guerre de Trente ans l'endommagea sans le ruiner, à la différence d'autres châteaux. En 1765, on estima "susceptible de grosses réparations".

Departement

Code INSEE

54 462

Numero du Site

Jalons Chronologiques

XII - XIV s.

Nature du Site

seigneurial

Environnement

rural

Thematique Principale

Thematique Secondaire

Bibliographie

Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, coll. DAF, 33, 1992.

Operateur

Collection

Citer ce document

Histoire et Cultures de l'Antiquité et du Moyen Âge (EA1132 / HISCANT-MA) - Université de Lorraine, “Rosières-aux-Salines, château de la Motte (Meurthe-et-Moselle),” IMAGE, consulté le 25 janvier 2021, https://image.hiscant.univ-lorraine.fr/ark%3A/67375/MGZQCb7JDtqR.

Ce document n'a pas de relations

Géolocalisation