Blâmont, château (Meurthe-et-Moselle)

Créateur

Histoire et Cultures de l'Antiquité et du Moyen Âge (EA1132 / HISCANT-MA) - Université de Lorraine

Droits

Copyright 2020

Presentation du Site

Situé sur un éperon calcaire, le château se situe à proximité du confluent de la Vezouze et de la Voise où les voies de communication reliant le Saulnois à l'Allemagne et Sarrebourg à Epinal se croisent. Un premier noyau d'habitat dénommé Giroville est connu dès 1138, sur la rive droite de la Vezouze, autour de l'église dédiée à Saint-Maurice. Ce secteur est alors contrôlé par le lignage de Salm-en-Vosges qui occupait le château de Pierre-Percée (ou Langenstein) à 20 km de là. En 1140, Agnès, veuve de Hermann Ier, fonde l'abbaye de Haute-Seille à 8 km en amont de Giroville. La première mention d'un lignage de chevaliers portant le nom de Blâmont remonte à 1186, accréditant l'hypothèse d'une construction castrale à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle. En 1200, le site est tenu par un cadet du lignage de Salm, Ferri, dont le frère, Henri III entreprend une campagne de fortification dans ses diverses possessions. Vers 1245, Ferri, dont le frère aîné est mort 20 ans plus tôt, s'oppose à son neveu, Henri IV de Salm, et à son père. Il s'allie avec l'évêque de Metz, chasse son père de Blâmont et reprend celui-ci en fief de l'évêque de Metz. A la mort de Ferri, la situation du comté de Blâmont est complexe en raison d'un fort endettement; son fils Henri Ier de Blâmont n'aura de cesse de redresser la situation.
Le complexe castral, constitué initialement, du donjon et d'une courtine de part et d'autre, s'étoffent au cours dans la seconde moitié du XIIIe siècle avec la mise en place des concepts "philippiens" tels que plan régulier et flanquement systématique. Au cours des deux siècles qui suivent, les corps de logis sont probablement reconstruit. Le XVIe siècle apporte ensuite son lot de modification avec la construction des grandes cuisines et l'adaptation à l'artillerie de la courtine nord par l'installation de canonnière en grès rouge. Christine de Danemark, veuve du duc de Lorraine, possède Blâmont en douaire. Elle y fait construire au milieu du XVIe siècle un palais renaissance qui se situait à l'emplacement de l'établissement hospitalier, à quelques dizaines de mètres à l'ouest du château qu'elle conserve également. A sa mort, son fils, le duc Charles III, renforce le château en y bâtissant une terrasse d'artillerie en 1607-1608, au sud-ouest. Après la guerre de Trente Ans, le château est démantelé dans les années 1670 lors du retrait des troupes françaises de Lorraine.
En dépit de la démilitarisation du site, des vestiges assez nombreux sont encore en place. Les courtines nord, subsistent sur 6 à 8 m de haut reliant le donjon carré aux angles arrondis de 12 m de côté aux tour est et nord conservées sur une dizaine de mètre de hauteur. Au sud, deux autres tours auxquelles s'ajoutent la terrasse et les deux tourelles d'artillerie complètent le dispositif.

Departement

Commune

Code INSEE

54 077

Numero du Site

54077-01

Jalons Chronologiques

XII - XX s.

Nature du Site

seigneurial

Environnement

urbain

Thematique Principale

Thematique Secondaire

Bibliographie

Gérard Giuliato, "Le château de Blâmont du XIIIe au XVIIe s.", in : Salamagne Alain, Le Jan Régine dir., Le château médiéval et la guerre dans l'Europe du Nord-Ouest : mutations et adaptations. Actes du Colloque de Valenciennes, 1-2-3 juin 1995, Villeneuve d'Ascq, Université Charles-de-Gaulle - Lille 3, coll. Art et archéologie, Revue du Nord, Hors-série n°5, 1998, p. 77-88.
Gérard Giuliato, "Le château et le bourg de Blâmont au Moyen Âge", in : Andriot Cédric, Fabienne Henryot, Masson Philippe éd., Blâmont et le blâmontois au fil des siècles (XIIe-XXe s.). Journées d'études Meurthe-et-Mosellanes, tenues à Blâmont les 18 et 19 octobre 2008, Haroué, G. Louis, coll. Études sur la Meurthe-et-Moselle, 3, 2009, p. 21-40.
Gérard Giuliato, "Le château, reflet de l'art défensif du Xe au début du XIIIe s.", in : Commission française d'histoire militaire, délégation lorraine, La fortification en Lorraine : de l'enceinte gauloise de Metz à la ligne Maginot. Actes du colloque de Toul, les 27 et 28 septembre 2003, Association d'historiens de l'Est, Nancy, Annales de l'Est, 2, 2003, p. 55-76.
Gérard Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, coll. DAF, 33, 1992.

Operateur

Collection

Citer ce document

Histoire et Cultures de l'Antiquité et du Moyen Âge (EA1132 / HISCANT-MA) - Université de Lorraine, “Blâmont, château (Meurthe-et-Moselle),” IMAGE, consulté le 30 mai 2020, https://image.hiscant.univ-lorraine.fr/ark%3A/67375/MGZJ8RpSRKRK.

Géolocalisation

Ce document n'a pas de relations